DES CAMPS AUX MARCHES FORCEES




Sur la route des Balkans, le périple des réfugiés se complique. Avec la fermeture hermétique de la frontière serbo-hongroise, ils doivent à présent transiter par la Croatie et la Slovénie avant de rejoindre l’Autriche puis l’Allemagne. 


Ils arrivent par vagues de milliers de personnes. Des familles, des enfants et des vieillards, mais aussi des jeunes hommes, fuyant la guerre ou la dictature.


En Slovénie, le camp de Rigonce est un no mans land où ils séjournent dans des conditions inhumaines. Ils dorment à même le sol, derrière des barrières, sous la surveillance de l’armée et des forces spéciales. Les bénévoles sont trop peu nombreux pour subvenir aux besoins en nourriture. Il n’y a pas de douche, peu d’assistance médicale. 


Les réfugiés sont ensuite conduits par la police à travers les champs vers le camp de Dobova. Ils ne savent ni où ils sont, ni où ils vont. Ils osent croire à la fin de leur calvaire à chaque départ d’un camp.

Using Format