NOUVEL AN DANS LES STEPPES


A 400 kilomètres d'Oulan-Bator, il n'y a que les steppes. Comme chaque année vers le mois de février, des éleveurs mongols fêtent le nouvel an lunaire.


C'est l'occasion pour les mongols d'aller rendre visite à leurs proches à travers le pays. Les yourtes sont disséminées sur les vastes étendues désertiques et chaque famille fait de longs voyages en voiture, hors des sentiers. Sur chaque trajet, les voitures s'enlisent et les chaînes se détachent des pneus. Il faut alors creuser à la pelle pour dégager les roues et pousser les véhicules. Il n'y a aucun point de repère, mais les conducteurs finissent toujours par trouver miraculeusement le bon chemin.


Les fêtes durent une semaine entière. Chaque famille rend visite à la yourtes des proches. A chaque visite, le cérémonial est le même. Les hommes s'échangent du tabac à priser méthodiquement, les femmes préparent du thé au lait salé et des raviolis au mouton pour les convives.


Chacun est invité à boire quelques gorgées de lait de jument fermenté. Une boisson très acide et inhabituelle pour les palais occidentaux, mais très réputée en Mongolie. Sous la yourte, tout se partage. Un seul verre de vodka est rempli à fur et à mesure que chaque invité en boit des gorgées. Les hommes finissent soûls chaque soir. Ils ne tiennent plus debout, sous le regard mi-amusé, mi-dégoûté de leurs femmes.


Le lendemain du nouvel an, les mongols se lèvent à l'aurore pour admirer le lever du soleil. Ils bénissent le nouvel astre avec des jets de lait, puis retournent s'occuper du bétail. Au départ des convives, le quotidien des élevages reprend brutalement.

Using Format